Défi "confinés inspirés"

Défi J20 : L’acrostiche (2/3)

Par un jeu littéraire bien connu, l’acrostiche, chacun a créé une « ode » à quelqu’un ou à quelque chose qui lui manque.
Voici les textes d’Alain, Lise, Marie-Louise, Michèle et Joëlle.

Photo : Quang Nguyen Vinh


À notre ainée (Alain)

Foin de loin des yeux, loin du cœur
Loin de nous éloigner
Ou de nous séparer, c’est une erreur
Rappelle-toi, les bons moments passés
Et, quand tu seras là, nous retrouverons ta chaleur


(Lise)

Longtemps, j’ai cru qu’il n’y aurait jamais de distance entre toi et moi
En un claquement de doigts, je te rejoins

Sitôt mes paupières fermées, je sombre
Oui, mais depuis quelques années, d’autres m’éloignent de toi
Malgré la fatigue, ils sont sans pitié
Malgré la fatigue, je ne me résous pas à me coucher plus tôt
Et je continue d’espérer qu’il n’y ait plus d’obstacle entre toi et moi
Il reviendra, j’en suis sûre
Le temps où je pouvais dormir sans être interrompue.


(Marie-Louise)

J’aime vadrouiller dans cet espace enchanté,
A l’instar de ma mère qui m’a tout raconté,
Regarder la nature apaisante et tranquille,
Diriger mon regard vers ces fleurs subtiles,
Ici, là, maintenant, je suis au paradis,
Nichée sous le sapin qui un brin m’étourdit.


(Michèle)

Mouvement gracieux de sa tête
Allongée sur son lit, regarde
Ravie l’ombre sur le mur
Irréelle, reflet de la Dame
Enveloppant de ses mains le monde


(Joëlle)

Belle monture, objet ingénieux
Il roule, déroule dans les chemins creux
Caracole, joyeux au sortir de l’école
Y en a même certains qui les volent !
C’est la magie de la vitesse ou au contraire, de la paresse
Les amoureux roulent à deux
Evidemment, d’autres en équipes
Tournent et tournent encore, autour de la terre.
Tu m’as appris l’équilibre
Et aujourd’hui pas besoin de béquille
Seule, sur les chemins interdits, je resquille.

1 Comment

  1. Joëlle avec ta bicyclette, libre de tourner avec ce côté un peu de la transgression des interdits qui nous ramène à l’enfant toujours là en nous.
    Michèle, merci pour cette dame Marie qui nous porte toute
    Marie Louise et le jardin, tu me transportes avec les couleurs, les odeurs et les parterres à l’ombre et à la lumière de ton pin, dans la nature qui continue à nous sublimer faisant fi de notre confinement
    Lise et le sommeil, j’aime ton texte que je trouve original. J’aimerai dormir un peu plus aussi…
    Alain, je t’espère de belles retrouvailles avec Flore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *